AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire d'Abi !!! Clique ICI pour le lui souhaiter !!! Smile

Partagez | 
 

 'Cause you're my reason (Evan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: 'Cause you're my reason (Evan)   Dim 26 Juin - 11:01


Cover your eyes, the devil inside
Evan & Bailey



Une journée comme une autre débutait aujourd’hui. La même routine, toujours. Pas de changement, pas de surprise. Ma routine quotidienne n’avait rien de bien excitant. Mais ça m’empêchait de penser à mon passé. À ce que j’ai perdu, et je ne dois pas me laisser atteindre par mes propres sentiments, ne pas me laisser attendrir parce que je vis. Alors je me levais, je faisais le ménage puis quelques courses si c’était nécessaire. Puis après, en milieu d’après-midi, direction le bar pour le service du soir. Je dormais que peu la nuit, alors travailler jusque deux heures du matin ça ne me dérangeait pas vraiment. Même si ce n’était pas la meilleure tranche horaire au niveau clientèle, je ne disais rien, et j’effectuais ma tâche consciencieusement. Je n’étais pas là pour me faire des amis, juste de quoi gagner ma vie, je n’en demandais pas plus.Alors peut-être que l’on peut me reprocher de n’être pas très sociable, mais personne ne sait ce que j’ai enduré, et la plupart des client du bar ne sont pas très fréquentables.

Mais au moins ça me permettait de voir du monde, de ne pas me retrancher, solitaire dans mon appartement. Même si on ne peut as dire qu’ici je me sois vraiment lié d’amitié avec beaucoup de monde. J’avais tendance à construire un mur de brique infranchissable pour que personne ne m’atteigne. Mais ce n’est pas pour autant un succès franc. Parce qu’il y avait bien ce jeune, oh il doit avoir au moins cinq ans de moins que moi, je n’en suis pas sûr. Ses yeux whisky se mélangeait avec les yeux bleus de steve, dans mes nuits mouvementées. Je ne voulais pas lire les signes de ce que mes rêves me disaient. Evan qu’il s’appelait, et il venait toujours quand j’étais là, jamais pendant que j’étais absent, mes collègues se gardait bien de se taire. À croire qu’ils manigançaient quelque chose. Ca me faisait souvent grogner et lever les yeux au ciel. Ils sont sérieux ?

Ce soir ne dérogeait pas à la règle, tu étais là, installé à ta place habituelle, je me surprenais même à guetter à mon arrivée si ta place était occupée ou non, et par qui. Mais ce soir j’avais de la chance. Je souris légèrement alors que tu es de dos, il valait mieux pas que tu vois ce sourire idiot accroché sur mon visage, sinon je sens que j’en entendrais parler pendant un long moment. Je passe au bar, déposant derrière le comptoir ma veste en cuir qui ne me quittait jamais, en tout temps. C’était ma pièce fétiche. « Salut tête d’oeuf. » Je reste sérieux en l’appelant par ce surnom ridicule, j’adorais te taquiner. Et tu es bien le seul.
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Jeu 30 Juin - 8:52



'Cause you're my reason.
Evan Bennett & Bailey Richardson
La journée avait été plutôt longue pour la simple et bonne raison que j’avais eu une journée très chargée en cours. J’avais eu très peu de temps de pause et aucune heure d’étude pour me détendre. Heureusement, une grande partie des cours avaient été si passionnante que je n’avais pas vu le temps passer. Cependant, la dernière heure de cours avait été plus chiante et plus longue pour la simple et bonne raison que c’était un cours absolument pas passionnant. J’avais donc passé l’heure perdu dans mes pensées. Pensées toutes dirigées vers LUI. Cet homme qui en un regard avait su m’hypnotiser. Non, il m’avait plutôt totalement envouté. À chaque fois que je fermais les yeux, je le vois.
Ses yeux verts. Son regard dur et mystérieux qui pouvait aussi être très doux. Son magnifique sourire qui se dessine sur ses lèvres parfaites Sa peau légèrement hâlée. Son corps que je devine très bien sculpté malgré ses vêtements. Il était le parfait exemple de l’idée que je me faisais de l’homme idéal… Physiquement parlant. LUI… Il s’appelait Bailey et je l’ai vu pour la première fois dans le bar où il travaillait et où j’étais allé pour la première fois. Quand mon regard avait croisé le sien, ce soir-là, je n’ai jamais pu l’oublier. Après ça, j’allais souvent au bar ne restant pas quand il n’y travaillait pas et retenant son planning. Une fois que ce fût fait, je m’y rendais uniquement lorsqu’il travaillait. Il me fascinait, m’obsédait et c’est toujours le cas. Mais je n’avais pas osé l’aborder le premier, j’étais bien trop timide et renfermé pour ça. Alors je me contentais de l’observait plus ou moins discrètement. Et c’est lui qui avait fait le premier pas. Et depuis, à chaque fois que je le vois, je me sens de moins en moins mal à l’aise. Mais je suis de plus en plus attiré par lui et je craque complètement. Je ne saurais même pas expliqué ce que je ressens pour lui.
Je fus sorti de mes pensées par une de mes camarades de classe qui m’informa que le cours était terminé. En effet, la salle était quasiment vite. Je la remerciais avant de ramassais mes affaires et de quitter rapidement les lieux. Je voulais profiter d’être enfin en week-end pour me rendre au bar. Car je savais très bien qu’il travaillerait le soir même. Je m’empressais donc de rentrer chez moi pour pouvoir prendre une douche, m’habiller mieux qu’actuellement et manger un morceau.
[…]
Je venais de terminer de manger et j’étais prêt. Enfin… Je le pensais. D’après moi quoi… Je pris alors mon portefeuille, mon téléphone et mes clés avant de quitter mon petit chez moi. Je pris ma voiture avant de prendre la direction du bar où il travaille.
[…]
Je sortais de la voiture après m’être garé et la verrouillais avant de me diriger vers le bar. Je m’installais à ma table habituelle attendant SON arrivée. Ce qui ne tarda pas. Dès qu’il entra, mon regard fût irrémédiablement attiré par lui sans que je ne puisse m’en détournée. Je le suivais du regard observant le moindre de ses gestes. Bavant littéralement en le voyant retirer sa veste en cuir. Il vint alors vers moi et me salua à sa façon avec un peu d’humour. Comme à chaque fois, je me sentis gêné et lui répondis tant bien que mal :

"Bonjour ! Je… Tu vas bien ?"

Ma voix était hésitante et je me sentais un peu bête en face de lui.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Mar 5 Juil - 22:30


Cover your eyes, the devil inside
Evan & Bailey



Les heures pouvaient passer lentement comme je ne pouvais pas les voir passer. Ca dépendait si j’étais occupé ou non. Aujourd’hui, il n’y avait pas plus de choses que les jours précédent. Assez pour laisser le passé me grignoter quelques minutes. Mais pas assez pour avoir le temps de me morfondre sur moi. Il faudrait vraiment que j’avance sur tout ses problèmes. Mais ce n’est pas demain la veille que je vais décider à changer ! Et puis de toute manière je ne vois pas pour qui je pourrais changer. Parce que que si ce n’est que pour moi, je peux le dire, ça n’en vaut pas la peine. De toute manière, j’avais fermé mon cœur à clé. Les déceptions amoureuses, j’en avais fais assez les frais.
Oui, j’aime assez me bercer d’illusions. Croire que je ne laisserais plus la vie me toucher. Je suis déjà perdu si je prenais le temps d’y réfléchir un tant soit peu. Il y a bien ses yeux whisky tellement envoutant qu’ils se mélangent à mes rêves mais aussi à mes pires cauchemars, me rendant encore plus tendu que je ne l’étais déjà. Ca ne m’aidait pas vraiment à me pousser dans une nouvelle relation. Pourtant, je sais que je suis plus proche de toi que de n’importe qui d’autre. Même si je ne parais pas être très proche de toi. Avoir de la distance pour ne plus être touché par la tragédie, ça me semble une bonne idée. Ne plus être sensible, paraître intouchable, c’est la meilleure manière de me protéger. Pourtant, si je ne veux me lier d’amitié avec personne, toi, tu restes et tu persistes à venir seulement quand je suis là. J’avais mis du temps avant de t’adresser la parole. J’avais tergiverser sur ce que je devais faire. Mais finalement, je n’avais pas écouté ma raison. Parce que j’entendais la voix de Steve qui me disait que je devais aller de l’avant, ne pas simplement resté fixé sur le passé. Je n’aime pas paraître vulnérable. Pourtant c’est ce que je suis quand tu es dans les parages. Je n’arrive pas à expliquer pourquoi le te laisse franchir le mur que je me suis construit, mais je ne pouvais pas rester insensible face à toi, c’était impossible. J’en venais même à attendre ta venue. Même si je te voyais tous les soirs où je travaillais, c’était réglé comme du papier à lettres. J’avais pris l’habitude de te voir tous les soirs, alors je sentais une petite déception quand tu n’étais pas là.

Tu étais déjà là quand je prends mon service, comme à mon habitude. Mais, je ne pouvais pas aller vers toi encore. Je vois avec le patron les nouvelles du bar, et s’il y a des choses à savoir pour la soirée, ce qui ne prend pas longtemps, parce que c’est toujours là même chose à peu près, je commence à être rodé.

Mais, maintenant, j’avais presque tout mon temps à te consacrer entre deux clients, sauf si ces mêmes clients devenaient soudainement plus exigeant. Mais j’avais plutôt la prétention de passer une soirée tranquille, sans trop d’emmerdement, si possible. Je viens te saluer, avec un fin sourire, il ne faut pas trop m’en demander non plus, avant d’être interrompu par un client qui demande sa bière habituelle. Je file la faire rapidement avant de le servir et de revenir vers toi. « Ca va, comme d’hab et toi ? Ta journée de cours s’est bien passé ? Je te sers quoi à boire ? » Je m’accoude face à toi, plongeant dans tes yeux, je ne pouvais pas m’empêcher de le faire, pour mon plus grand malheur.
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Ven 8 Juil - 17:35



'Cause you're my reason.
Evan Bennett & Bailey Richardson
J'avais beaucoup souffert quand je m'étais fait humilier au lycée par le mec dont j'étais tombé amoureux et sa bande de copains. Je n'étais sorti avec personne depuis ayant peur de souffrir et d'avoir le cœur brisé encore une fois. Je refusais de me rapprocher trop des hommes pour ne pas prendre le risque de tomber amoureux et ça avait plutôt bien marché jusque là. Mais je sentais bien que toutes ces remparts que je m'étais créé, s'étaient effondrées. Il avait réussi à les faire céder. Il s'était emparé de mon esprit, d'une partie de mon cœur et à ce rythme là, il allait aussi s'emparer de mon cœur tout entier. Mais bizarrement, je ne voulais pas l'en empêcher bien au contraire. Et au fond de moi, j'espérais bien plus. Dans mes rêves, il m'aimait lui aussi. Car oui, j'étais amoureux du peu de lui que je connaissais. Est-ce que j'aimerais tout ce que je ne connaissais pas encore de lui ? Je n'avais presque aucun doute sur la réponse à cette question et j'espérais avoir raison.
Et c'est pour en apprendre d'avantage sur lui que je me rendais aussi souvent dans le bar où il travaillait à chaque fois qu'il était de service. Cette soirée de début de week end ne manquait pas à la règle. J'étais arrivé avant lui et j'avais donc pu assisté au petit rituel qu'il avait à chaque fois qu'il arrivait pour travailler. Après s'être occupé de quelques clients, Bailey était venu me saluer à sa façon. Je lui avais donc retourné sa salutation avant de lui demander comment il allait. Il n’eut pas le temps de me répondre, car un client voulait quelque chose. Je grognais intérieurement en le voyant s'éloigner. Un sourire apparut sur mon visage en le voyant revenir rapidement. Il me dit qu'il allait bien avant de me retourner la question. Puis il me demanda comment s'était passé mes cours et ce qu'il pouvait me servir à boire. En parlant, il s'était accoudé en face de moi et avait plongé ses beaux yeux verts dans les biens. Mon cerveau se déconnecta un moment avant que je reprenne conscience. J’eus un air gêné et je me sentis rougir doucement. Je baissais les yeux quelques secondes avant de me racler la gorge et de replonger mon regard dans celui de Bailey. Je lui accordais un petit sourire gêné avant de prendre la parole :

"Je... Je vais bien. Et ma journée a été très longue et chargée en cours."

Je ponctuais ma réponse d'un sourire reconnaissant avant de continuer :

"Mais dans l'ensemble, ça a été."

Je marquais une courte pause alors que je réfléchissais encore à sa dernière question. Qu'est-ce que je voulais boire ? Je n'en avais aucune idée alors je sortais le premier truc qui m'était passé par la tête.

"Mmmh... Sinon... Je prendrais bien un diabolo menthe, s'il te plaît."

Avec toutes les fois où je suis venu ici, Bailey avait forcément remarqué que je ne buvais pas d'alcool. En fait, je ne supportais pas du tout l'alcool alors j'évitais d'en boire tout simplement. Car j'avais peur de ce que je pourrais dire ou faire si je prend un verre de trop. Je me redressais un peu plus sur ma chaise avant de demander à Bailey :

"Et toi, quoi de neuf depuis deux jours ?"

Oui, on ne s'était pas vu depuis deux jours. Mais ses beaux yeux verts m'avaient beaucoup manqué.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Sam 16 Juil - 22:24


Cover your eyes, the devil inside
Evan & Bailey



L’amour apporte beaucoup de joie, c’est certain, mais surtout beaucoup de douleurs, j’en avais eu l’amère expérience à l’armée. D’aimer comme un fou avant que la vie ne décide de reprendre cette part qui m’était pourtant destiné. Jamais plus je ne me laisserait avoir par ce sentiment éphémère. Jamais plus je ne ressentirait cette douleur incommensurable dans mon coeur. Pourtant, je sens que ces barrières se fragilisent. Surtout depuis que j’ai posé mes yeux sur toi, la première fois que tu es entré dans le bar. Tu m’as comme hypnotisé. Pourtant je ne laisse rien paraître. Je joue le gars inaccessible depuis mon retour de l’armée, donc c’était assez facile de continuer de faire semblant, malgré le fait que tu me troublais plus que n’importe quel homme. Peut-être qu’un jour je pourrais concéder à l’idée de t’en dire davantage sur moi. Mais ce n’était pas encore pour aujourd’hui. Pas que je n’ai pas confiance en toi, mais je n’ai pas envie de parler de moi. Je ne voulais pas te faire fuir avec ce que je suis.
Mais bon, je dois bien dire que j’appréciais ton entêtement à venir pour apprendre à me connaître. Tu es bien la première personne à ne pas fuir à ma froideur perpétuelle. C’est peut-être pour ça que j’ai arrêté de te rembarrer à chaque fois. Je commençais même à baisser la garde. Mais je devais me méfier, ça restait dans un coin de ma tête. Même si je profitais simplement de ce que tu m’offrais. J’étais heureux de voir que tu étais déjà là, ça présumait un bon week-end. Surtout que je sais que tu n’hésiterais pas à rester jusqu’à la fermeture. Et ça me plaisait assez de passer la soirée avec toi, même si je dois travailler. Ce qui n’est pas plus mal, ça me laisse u!ne certaine distance de sécurité. Mais je n’apprécie pas vraiment d’être coupé au milieu d’une conversation, alors je ne suis pas le plus aimable avec ce client. Mais c’est pas vraiment grave vu l’amabilité dont il fait preuve lui aussi. Enfin, je le délaisse rapidement pour revenir à mon client préféré. Je remarque rapidement que le rouge te monte aux joues, je trouve cela vraiment attendrissant. Ca me fait sourire, ce que je fais plutôt rarement ces derniers temps. Je penche la tête sur le côté en attendant ta réponse qui se fait légèrement attendre.

« Oui, mais c’est bientôt la fin, non ? Enfin ça fait tellement longtemps que je n’ai pas mis pied dans ce système. » Je souris, un peu honteux de ne pas être plus au courant. « Tant mieux alors. »

J’attends de voir ce que tu veux commander avant de préparer ta boisson. J’y mettais tout mon cœur. Pour un simple Diabolo menthe, comme si c’était un cocktail le plus compliqué du bar. Mais c’était surtout pour toi que je le fais, et ça change toute la donne. « Et voilà la boisson de monsieur. »

Je souris, j’avais évidemment bien remarquer que tu ne buvais jamais d’alcool. Mais je ne trouvais pas cela choquant, je n’en buvais très peu moi-même. Du coup, je taisais un peu cette remarque, ça nous fait au moins un point commun en plus. Je redresse la tête et prend le temps de réfléchir à ta question.

« Oh, rien de spécial tu sais. La routine quoi. Le boulot. » En fait, j’avais fais du ménage dans l’appartement, à fond, pour tenter de dormir correctement pour une fois. Mais ce n’était pas gagné. L’insomnie gagnait du terrain. Et puis, je dois bien dire que ce n’est pas très intéressant à raconter.

« Du coup, tu as des choses de prévu ce week-end ? »
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Dim 24 Juil - 14:38



'Cause you're my reason.
Evan Bennett & Bailey Richardson
Depuis ce qu'il m'était arrivé avec le premier garçon que j'ai aimé, je m'étais renfermé sur moi-même et j'avais beaucoup de mal à m'attacher et à faire confiance aux autres à l'exception de certaines personnes comme Tommi, mon voisin. Et pourtant... Quand j'ai rencontré Bailey, j'ai eu ce sentiment étrange qu'il était digne de confiance et que je pouvais lui donner la mienne. J'étais aussi persuadé, au fur et à mesure du temps passé avec lui, qu'il ne me ferait pas de mal que ce soit en tant qu'ami ou en tant que... En tant que petit ami du moins si ce que je ressens est réciproque et aussi si mes rêves deviennent, un jour, une réalité. Enfin bref...
Je sortis de mes pensées en voyant Bailey revenir vers moi après avoir servit le client pénible qui nous avait interrompu. Mes joues étaient un peu rouge et je n'arrivais pas à les calmer. D'ailleurs, je rougis un peu plus en le voyant sourire. Bailey était vraiment très mignon avec le sourire aux lèvres et je trouvais ça dommage qu'il ne le fasse pas plus souvent. Il pencha légèrement la tête avant que je réponde enfin à sa question. Bailey me répondit et je bus littéralement ses paroles même si la conversation ne semblerait pas importante aux yeux des autres. Et bien... Pour moi, ça l'était et puis j'aimais le voix grave de Bailey. J'eus, une nouvelle fois, le droit à un petit sourire de sa part pour mon plus grand bonheur.

"Oui, c'est bientôt les vacances d'été. Mais comme je n'ai rien de prévu, j'ai accepté plus d'heures au restaurant."

Bailey me demanda ce que je voulais boire et je lui commandais un diabolo menthe. Je le regardais préparer ma boisson remarquant alors son air sérieux. Il finit par poser le diabolo menthe devant moi en me disant que c'était pour moi et en me souriant. J'accordais un petit sourire timide à mon barman préféré avant de prendre le verre dans mes mains tout en disant à Bailey :

"Merci."

Je bus une gorgée du diabolo menthe. Il était ni trop sucré, ni pas assez... Et surtout, c'était très rafraîchissant ce qui me fit beaucoup de bien. Je demandais ensuite à Bailey ce qu'il y avait de nouveau dans sa vie depuis la dernière fois que l'on sait vu. Il se redressa alors, mais il ne répondit pas de suite à ma question. Sa réponse fût brève et un peu décevante. Une petite moue se dessina sur mes lèvres avant que je lui réponde :

"Quoi ? C'est tout ? C'est pas marrant."

Mes paroles n'étaient pas sérieuses et ça se voyait au sourire amusé qui était collé sur mes lèvres. J'ajoutais ensuite :

"Non sérieusement... J'aime beaucoup les hommes mystérieux. Ça les rend plus passionnants."

Je rougis en remarquant ce que je venais de dire. Des fois, les mots sortent tout seul sans que je puisse y faire quoi que ce soit. Les joues rouges, je bus une gorgée de mon diabolo menthe en évitant le regard de mon beau barman. Je relevais le regard plongeant mes yeux dan les siens quand il prit la parole en me demandant si j'avais quelque chose de prévu ce week-end. Je haussais doucement les épaules en lui répondant :

"Pas grand chose. Je ne suis pas le genre de gars qu'on invite. Donc à part mon service du midi demain et dimanche, je n'ai rien de prévu. Avant... Enfin en général, je passe mes soirées et mes week-end, seul chez moi."

Oui, c'était avant que je vienne par hasard dans ce bar et que je vois Bailey pour la première fois. Depuis, j'étais plus souvent ici que seul chez moi. Je bus une autre gorgée de ma boisson avant de regarder Bailey et de lui demander :

"Et toi ? Tu as quelque chose de prévu ? Tu travailles peut-être ?"
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Ven 29 Juil - 17:49


Cover your eyes, the devil inside
Evan & Bailey



Quand on est militaires, on sait que l’on peut perdre la vie, mais que nos camarades aussi. C’est peut-être pour ça que l’on est soudés très rapidement, parce que l’on partage la même galère. Mais je n’avais pas pensé y rencontrer l’amour de ma vie, ou du moins une histoire assez forte en sentiments. Mais c’était arrivé, et ça s’était terminé de manière plutôt dramatique. Moi qui avait toujours admiré le monde militaire, je ne me sentais pas d’y remettre les pieds de sitôt. J’avais trouvé ce petit boulot qui m’allait parfaitement. C’était calme et routinier, tout ce qu’il me fallait en ce moment.
Mais bon, le seul point négatif que je pouvais voir, c’est que j’étais un peu obligé de voir du monde. Mais je n’étais pas non plus obligé de lier un quelconque lien, je devais juste être poli et un minimum sympathique pour ne pas faire fuir la clientèle du bar. Mon côté asocial râlait un peu, il y avait des jours où c’était impossible de me faire aligner plus de deux mots, mais les habitués savaient à quoi s’en tenir et s’en contentaient parfaitement, du moment que je leur servais leurs boissons sans rechigner. Mais il y en a un seul qui s’est entêté à continuer à me parler, il pouvait insistait jusqu’à ce que j’en ai marre. Et c’était toi. tu étais pour ainsi dire, le plus têtu entre nous deux, malgré le fait que je ne sois pas mal dans mon genre.
ET, depuis que l’on a commencé à se connaître l’un l’autre, je dois dire qu’il y a quelque chose qui est en train de changer en moi. Peut-être que, pour une fois après toute cette catastrophe, je vais me laisser approcher. Même si je gardais mes distance, et que je préférais paraître un peu bourru parfois, pour être certain que tu ne t’entiches pas trop de moi. J’avais rapidement compris, même avant que tu ne le dises, que tu es attiré par les hommes, il n’y a qu’à voir comment tu regardais certains de mes clients. Et surtout comment tu me regardais. Et ça, c’était la dernière chose que je voulais parce que je sais que je serais incapable de te redonner la pareille. Mais, néanmoins, je ne pouvais pas faire autrement que de m’attacher à toi, aussi.

« hum, c’est bien, j’y passerais peut-être un de ces quatre. »

Je m’amuse à te préparer ton diabolo menthe comme si c’était un cocktail. Petit plus di chef. Même si je remarque quelques regards envieux d’autres piliers du bar, je m’en désintéresse très rapidement. Je me foutais royalement de ce qu’ils pouvaient bien penser. C’était le dernier de mes soucis, tout ce que je voulais c’est que toi, tu sois ravi ce qui semble l’être au vu de ton sourire. « Avec plaisir »

À chaque fois que tu commençais à boire, j’avais l’impression que tu grimpais au nirvana. C’était vraiment très plaisant à voir. Je ne m’en lassais pas, même si je ne t’observais qu’à la dérobée. Comme toujours tu prends de mes nouvelles, qui ne sont vraiment pas intéressantes. Ma vie est une telle routine, que je suis d’un ennui prévisible. Je hausse les épaules. « Ma vie est loin d’être trépidante, je te rassure. »

Je souris néanmoins, Et puis c’était assez effrayant de voir combien j’étais routinier. Mais, pendant des années je n’ai jamais connu la routine ni même la sécurité, alors on ne peut pas m’en vouloir de le chercher maintenant. Je secoue la tête « Oh, crois-moi, je n’ai vraiment rien de passionnant. »

Même si c’est très flatteur tout ce que tu me dis. Ca me fait même sourire. Surtout quand je remarque que tu rougis. Je trouve ça mignon. Mais voyant que la gêne t’empêchais même de me regarder, je change de conversation pour éviter que tu t’enfonces encore et que ça crée un malaise entre nous, ce serait dommage, on était bien parti là. Je hausse un sourcil, sceptique. J’avais du mal à croire ce que tu me dis. Les gens sont parfois aveugles…

« Tu plaisantes là ? Soit tu me fais marcher, ou alors tu es complètement aveugle, ici il y en a plein qui rêvent de t’inviter, même moi je le remarque, c’est pour dire. » Je secoue la tête, j’omet de dire que je suis la première personne qui aimerait t’inviter, mais que je m’abstiens, pour le moment.

Je souris en penchant la tête sur le côté. Peut-être que pour une fois je devrais mettre ma raison en veilleuse et te montrer le contraire. Mais pas avec ce blond, au fond de la salle qui ne cessait de te reluquer. PAs question que je te pousse vers quelqu’un d’autre, faut pas pousser le bouchon trop loin. « Hum non, je suis en repos ce week-end. Si tu veux on pourrait faire quelque chose, ensemble. » Je détourne le regard, maintenant c’est à moi de rougir quelque peu.
© ACIDBRAIN
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Mar 2 Aoû - 13:15



'Cause you're my reason.
Evan Bennett & Bailey Richardson
J'étais totalement sous son charme. Il m'avait fait totalement craqué et je ne pouvais plus lui résister. Ses yeux, ses lèvres, son sourire, son corps... Tout ce qui hantait le moindre de mes rêves. Et puis lui, ce qu'il était, avait le don de me faire fondre. Donc... Je m'étais décidé à ne plus attendre qu'il agisse et je ferais le premier pas. Enfin, si j'y arrive ce qui n'était pas vraiment gagné. Car depuis que j'étais arrivé, je n'avais pas été très... Mmmh... Comment dire ? Très courageux. Et les conversations que l'on avait été vraiment très banales.
Je venais de lui expliquais que pendant mes vacances, j'allais travailler un peu plus au restaurant, car je n'avais rien prévu d'autre. Il me dit que c'était bien avant de me dire qu'il y passerait un de ces quatre. J'eus un grand sourire qu'il s'intéresse un minimum à ce que je faisais. Je lui dis alors d'un ton légèrement enjoué :

"Tu me diras quand tu viendras, je m'arrangerais pour te préparer moi-même ton repas. Afin que tu puisse voir ce que je sais faire. Et pour une fois, ce sera moi qui te servira."

Je me mis à rougir à ma proposition. Ce jour-là, j'avais intérêt d'être à mon maximum si je ne voulais pas avoir honte. Enfin bref... Bailey s'attela à préparer sérieusement mon diabolo menthe. Il m'avait ensuite tendu mon verre que j'avais pris dans mes mains avant de le remercier. Il me dit que c'était un plaisir et j'eus un sourire timide. Je ne l'avais jamais entendu répondre la même chose à d'autre client. Je bus une gorgée de la boisson rafraîchissante qu'il m'avait servit et qui fût un réel délice. Je demandais ensuite de ses nouvelle et ne fus pas satisfait de sa réponse. Il haussa les épaules en me disant que sa vie n'avait rien de trépidante. Je hochais doucement la tête avant de lui répondre :

"Si tu le dis. Mais ce n'est pas drôle quand même."

Il eu un sourire avant que je ne lui dise que j'aimais bien les hommes mystérieux, que ça les rendait passionnant. De plus, c'était comme une sorte de premier pas. Mais ça ne sembla pas marcher comme je le voulais. Bailey secoua la tête avant de me dire de le croire quand il disait qu'il n'avait rien de passionnant. Je penchais la tête sur le côté avec une petite moue avant de lui dire presque aussi tôt :

"Mmmh... Tu ne veux pas me laisser en juger par moi-même ?"

Son sourire apparut une nouvelle fois me faisant encore plus fondre devant lui. J'étais gêné de tout ça, mais il fallait que je tienne bon. Il me demanda alors ce que j'avais prévu pour le week-end et je m'empressais de lui répondre que je n'avais rien de prévu en dehors du boulot. Je n'étais pas le genre de personne qu'on invitait. Je vis Bailey haussais un sourcil comme si mes paroles l'avaient surpris ou je ne sais quoi. Il secoua la tête en me demandant si je plaisantais et il me dit qu'il était sûr que plein de monde rêvaient de m'inviter, qu'il l'avait bien remarqué. Je haussais les épaules avant de lui répondre :

"Je... Je ne suis pas quelqu'un de marrant... Je ne suis pas très ouvert et je ne parle à personne. Les gens l'ont bien vu. Et puis... De toute façon... Ce n'est pas avec tous ces gens dont tu parles que j'ai envie de passer du temps. Alors même si ils me demandaient, je refuserais."

J'avais plongé mon regard dans le sien en espérant qu'il comprenne le sous-entendu, mais je ne me faisais pas trop d'espoir. Je lui demandais, à mon tour, ce qu'il comptait faire pour le week-end. Il sourit en penchant la tête sur le côté avant de répondre. Il me dit que c'était son week-end de repos avant de me proposer de faire quelque chose ensemble. Mon cœur se mit à battre à la chamade alors que Bailey détournait le regard. Je crus alors déceler une très légère teinte rouge sur les joues. Et moi, j'avais encore du mal à réaliser ses paroles. Un sourire sincère se dessina sur mes lèvre alors que je prenais la parole.

"Je... Je... Hum... Tu veux vraiment passer du temps avec... Avec moi ? Sans qu'on soit ici."

J'avais tellement rêve de ce genre de scène que j'avais besoin de m'assurer que je ne rêvais pas éveillé. J'avais besoin d'être sûr. Mes joues s'empourprèrent alors que j'essayais de ne pas détourner les yeux de lui.
Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   Dim 14 Aoû - 15:25


Cover your eyes, the devil inside
Evan & Bailey



Je ne pouvais pas rester de marbre face à ses yeux whisky. Ils étaient ensorceleur. Mais mon passé est encore bien trop présent pour que j’accepte sereinement l’avenir que je perçois. Je ne peux pas accepter encore le bonheur. Je ne peux pas le laisser entrer dans ma vie sans avoir fini de souffrir, sans être certain que mes démons n’ait terminé leurs tâches. Pourtant, tu étais peut-être mon absolution, le pardon que j’attendais pour ce sentiment de culpabilité que je ressentais au plus profond de moi. Un sentiment perspicace et surtout ravageur.

Bien sûr qu’il me tarde de découvrir l’endroit où tu travailles. Je n’avais jamais eu le temps d’y passer, vu les horaires que je fais, mais je vais peut-être arrêter de faire des heures supplémentaires. Encore plus si c’est toi qui prépare le repas. J’affiche, pour la seconde fois, un grand sourire.

« Hum je pense que je viendrais dès que je peux. Ta proposition est vraiment très intéressante, et alléchante aussi. »


Je lève le sourcil droit, avant de me mordre pendant quelques secondes. J’apercevais la rougeur sur tes joues, ce qui te donnait un air mignon, et terriblement adorable. Je sens mes défenses envers toi diminuer, mais ce n’est pas bien, je ne peux pas te faire souffrir, tu semblais tellement innocent. Mais, je ne contrôlais plus grand chose. La preuve, je te parlais comme je parlais à personne d’autre. J’étais bien plus sympathique avec toi qu’avec n’importe qui d’autre. J’étais aussi bien plus ouvert à ton contact. Mais je ne peux pas dire que ma vie soit trépidante, ce serait quelque peut mentir.

« Qui a dit que j’étais drôle ? »

Je fais une moue quelque peu idiote. Sérieusement il fallait que tu revoies ton jugement parce que je n’avais rien du gars que tu crois avoir en face de toi. Mais, à l’intérieur de moi, ça bouillait littéralement, jamais personne n’avait fait ce genre d’allusions sur ma personne, pas même Steve. Mais je ne veux pas te faire voir mon trouble. Parce que même si c’est faux, tu mettais de l’espoir en moi.

« Alors n’ai pas peur d’être déçu, dans ce cas… » Je souris doucement. Parce que j’étais tellement fade face à toi. tu étais nettement plus intéressant que moi. Moi, je ne valais rien du tout. Ou bien moins que la plupart de mes congénères, je me demandais d’ailleurs ce que tu pouvais me trouver d’intéressant. Personne ne me connaissait réellement, même pas toi, et tout le monde avait bien pris soin de me juger antipathique ou froid. Ils n’avaient pas vraiment tort au fond, mais toi, tu semblais voir tout autre chose. D’ailleurs je ne comprenais pas que tu ne voies pas combien tu attires le regard des gens sur toi. Il n’y a qu’à voir ici, le nombre de gens qui se retourne sur ton passage, mais tu sembles aveugle. Mais je n’arrive même pas à m’en plaindre.

« Tu l’es bien plus que moi, je t’assure. C’est juste toi qui est aveugle, tu as piquer leur curiosité, il n’y a qu’à voir le gars à la table derrière toi, il ne cesse de te fixer depuis que tu es arrivé. »

Je lui jetais d’ailleurs un coup d’oeil furieux avant de revenir à ton visage. Je m’adoucis immédiatement. Et je me laisse aller à espérer de passer un peu plus de temps pour te découvrir. Pour en savoir plus sur toi. Et ce week-end semblait de bon augure pour passer un peu plus de temps avec toi. Mais cette proposition me donne l’impression d’être remonté en adolescence, lors de mes premières relations, où j’étais timide pour ‘déclarer ma flamme’. J’en rougissais même, ce qui ne m’arrivait jamais, pour ainsi dire. Mais ton sourire me déride un peu, avant de laisser un sourire apparaître sur mon visage suite à ta réponse.

[color:6c4a=#00ççFF]« Hum oui, c’est un peu le concept, en effet… »

On a assez tourné autour du pot, et si l’un ne prenait pas les devants on ferait l’autruche pendant encore longtemps. Je ne détourne pas mon regard alors que tu rougis. Je soupire doucement avant de m’adosser au bar « Si tu veux, je termine d’ici deux bonnes heures, tu es venu comment ? »
© ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 'Cause you're my reason (Evan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
'Cause you're my reason (Evan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème avec un synthé reason
» aide pour retrouver les son sur FL studio ou Reason
» Reason en rewire sur ableton: problemes
» Reason 4 + Mpc 500
» Comment améliorer la qualité d'un son sur reason?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
We are Young :: 
❧ Carte des cocktails
 :: Se tenir au courant :: → Archive Version 1
 :: Les RP
-
Sauter vers:  
Perdu ? Cliques sur le plan !
Quel temps fait-il à Berkeley?
Rencontre les Alpha
Les accueillir

A caliner

La Corde
Les Grecs
Les
entreprises
Meilleurs
joueurs
City.......500pts
Univ......500pts
Kappa.......0pts
Alpha.......0pts
Sigma......0pts
Omega.....0pts
Gamma....0pts
Theta.......0pts
Smart Tech....0pts
Global Group.......0pts
Nom....0pts
Nom....0pts
Nom....0pts
Nom....0pts
Nom....0pts